Rechercher :

Favoris - Page de démarrage - Me contacter- Forums - RSS

Ecrit par Martin KURT le 25-10-2009

Apprendre à se connaître

Importance de l’orientation

Que vous soyez en seconde, en première ou en terminale, vous devez songer à votre orientation scolaire post-bac. Naturellement, si en seconde, notre choix n’est pas encore fixé, cela n’a pas la même importance qu’en terminale. Toutefois, si vous voulez avoir une orientation réussie, il faut fouiner pour récolter toutes les informations nécessaires.

Le temps passe vite

Dès la seconde, vous devrez réfléchir à votre orientation, pour le choix de la première. Le temps passe très vite au lycée. Pour un élève entré en seconde en septembre 2007, il entrera normalement en terminale en septembre 2009, et passera son bac en 2010. Mais si cet élève veut continuer ses études dans le supérieur, il devra dès décembre 2009-janvier 2010 effectuer des vœux – université, classes prépa, IUT – et pour les filières sélectives – IUT, classes prépas, … - les avis des professeurs et les notes du lycée sont prise en compte au moins sur une année. C'est-à-dire que si vous être en seconde, rentré au lycée en septembre 2007, vos notes et avis des professeurs seront prises en compte dès décembre 2008, voire dès le début de la première. La réflexion sur votre orientation doit être permanente, pas dans le sens de ne penser qu’à votre orientation, mais vous devez avoir une démarche active dans votre orientation : lorsqu’il y a un forum étudiant, ou une journée portes ouvertes à l’université, allez vous renseigner. Vous voyez un reportage télévisé sur un thème, une profession qui vous intéresse ? Approfondissez la réflexion en vous aidant d’Internet –Wikipedia, … - de magazines, …

Réfléchir à son projet professionnel

S’il est normal, à 16 ans, de ne pas savoir ou de n’avoir qu’une vague idée de ses projets professionnels, ou à défaut, d’études supérieures, il vous faudra toutefois avoir une démarche active dans votre orientation, et ce le plus tôt possible.

NB : Par orientation, je ne parle pas nécessairement de continuer les études après le baccalauréat. Simplement, quel que soit votre choix – poursuite des études, travailler, formation, stages, mission humanitaire, … - cela doit être le fruit d’une réflexion sur votre avenir dûment menée, et non pas être le résultat d’un quelconque coup de tête.

Quelques démarches pour votre orientation

Cette démarche doit être effectuée sur le long terme, et peut prendre les formes suivantes :


->Visite de salons d’orientation scolaire : Studyrama, …
->Effectuer un stage en entreprise, un job d’été, …, pour découvrir le monde de l’entreprise
->Discuter avec des amis plus âgés, qui pourront vous faire bénéficier de leur expérience
->Visiter différents établissement du supérieur lors des journées portes ouvertes.
->Demander à ses parents, ses amis, comment ils nous verraient par la suite.
->Lire des fiches métiers, dans phosphore par exemple
->[…]

Le plus important à retenir, c’est que vous devrez, le plus tôt possible, avoir une démarche constructive pour que votre orientation soit la plus réussie. Pour cela, si vous suivez les quelques conseils ci-dessus, vous pourrez laisser maturer progressivement mais sûrement une réflexion sur votre avenir, en investissant pourtant peu de temps et d’efforts. Plus votre projet sera élaboré, plus vous pourrez affiner vos choix dans votre orientation, et donc vous investir au niveau scolaire dans le cadre de votre projet grâce à votre motivation. Ainsi, vos chances d’avoir de bons résultats scolaires, et un bon dossier seront grandes, permettant de mettre en application votre projet.

Apprenez à vous connaître

Pour cela, demandez à vos proches quelles sont vos principales qualité et principaux défauts, ainsi que comment ils vous voient d’ici quelques années et pourquoi. N’hésitez pas à prendre un temps de réflexion pour apprendre à mieux vous connaître : cela peut aller de l’introspection, en se demandant quels sont nos qualités/défauts ; atouts/points faibles, aux tests de personnalité que l’on peut trouver dans certains journaux, ou encore par la consultation de conseillers d’orientation, que l’on peut trouver dans quelques 600 CIO –Centre d’information et d’Orientation – en France.

Définir le projet d'orientation qui vous convient

Le but n’est pas ici de faire une description détaillée de votre personnalité, mais plutôt de savoir quels sont vos motivation propres, ce qui vous motive à vous lever le matin, … Et par conséquent, de savoir quels métiers/études supérieurs sont faites pour vous, ou lesquelles ne le sont pas, permettant d’éliminer progressivement un certain nombre de choix. En effet, une jeune de 18 ans, qui effectue un master, devra travailler au minimum 47 ans – études comprises – avant la retraite. Ce serait dommage de faire des études et un métier ennuyeux, au risque de gâcher une bonne partie de votre vie.

Ne laissez pas dire par les autres ce que vous devez dire

Le projet d’orientation doit être VOTRE projet. Ne laissez personne dire ce que vous devez faire par la suite. Le cas échéant, si vous faites des études, un métier qui ne vous plaisent pas, vous le regretteriez toute votre vie. Tandis que si vous suivez un projet, non sur un coup de tête, mais selon un choix mûrement réfléchi et qui vous plais, même si finalement, vous n’avez pas la vie que vous souhaitiez, vous aurez fais les bons choix dans le passé en fonction des circonstances du moment, et n’aurez donc pas de regrets à avoir.

Cela peut sembler évident pour certains, mais dans la réalité, nombre de lycéens sont influencés dans leur orientation scolaire par diverses influences externes. Pour autant, je n’ai pas dit que vous ne devez pas écouter les différents avis, conseils que l’on peut vous donner. Simplement, considérez vos parents, vos professeurs, vos amis ayant une expérience, comme des coachs ou des mentors, qui vous donneront des outils pour avancer et des grands axes de réflexion, plutôt que comme des personnes à suivre. Vous, vos amis, vos parents apportent des pistes de réflexion, des arguments pour et contre à un projet, et vous devrez finalement trancher par vous-même.

Ainsi, et c’est peut-être difficile, mais vos parents n’ont pas à vous dire : « tu ne feras pas telle filière », « fais une première s, c’est la voie royale »… S’ils le font, prenez en compte leurs arguments qui motivent leurs dires, mais ayez le dernier mot. Peut-être qu’une filière scientifique est la voie royale, mais si votre passion c’est l’économie, ne vaut-il pas mieux faire 2 ans en filière éco, avec motivation et bonnes notes à la clé et bac avec mention, que d’exceller dans la médiocrité en filière scientifique en s’ennuyant 2 bonnes années ?

Pour autant, si vous devez forger votre opinion par vous-même, accordez un certain crédit aux personnes légitimes, telles que les parents, les travailleurs, les professeurs, … Si l’on vous déconseille fortement une filière, et que vous voulez persévérer dans votre choix, c’est votre droit, mais avant de foncer tête baissée, demandez vous pourquoi on vous déconseille ce choix : la filière est-elle contraire à vos motivations, votre personnalité ? N’y a-til aucun débouchés dans la filière choisie ?

Ayez une démarche professionnelle pour votre projet

Je viens de dire précédemment de faire un choix d’orientation qui corresponde à votre personnalité, à vos motivations, à vos rêves. Ne bridez donc pas vos choix d’orientation, mais soyez tout de même réalise dans le choix de votre orientation. Dans le cas des études supérieures, il est certes nécessaire d’être intéressé par la ou les matières dispensées, mais songez également aux débouchés professionnels, aux opportunités d’emploi, et aux solutions de replis en cas d’échec. Ainsi en France, notamment à l’université, il existe des filières, telles que psychologie, où il y aurait 5 fois trop d’étudiant(e)s que de postes disponibles à la sortie. Que feront les étudiant(e)s qui ne pourront devenir psychologues ? Idem pour les recalés en médecine, ou les aspirants au CAPES, dans la mesure où plus de la moitié des candidats sont recalés.

Pensez donc les études supérieures comme un investissement, un bagage pour l’avenir. Si les études doivent vous intéresser, elles doivent malgré tout vous aider par la suite à avoir un bon C.V et trouver un travail facilement. Dès lors, renseignez-vous dès que vous le pouvez aux débouchés professionnels des différentes formations : les écoles de commerce ou autres instituts privés vous les publieront, chiffres malgré tout à prendre avec des pincettes, car généralement enjolivés, quand pour d’autres formations, notamment à l’université, aucune statistique d’embauche à la sortie n’est publiée. Vous pourrez toutefois, au travers de la presse spécialisée, ou encore grâce aux ouvrages ONISEP, les classements des différentes filières selon le salaire, … vous faire une petite idée des secteurs économiques en vogue, et donc des filières les plus porteuses du moment.


Bookmark and Share




Fleche Retour Haut